L’observatoire de l’économie parisienne s’appuie sur une multitude de sources de données, ainsi que sur des données relatives aux mesures de soutien déployées. L’observatoire s’inscrit dans le temps et dans le territoire métropolitain, avec des données mobilisées principalement à l’échelle de Paris, de la Métropole du Grand Paris, de l’Ile-de-France et, parfois, à des échelles plus fines selon les indicateurs. Les données conjoncturelles sont mises à jour à un rythme trimestriel.

Ces données sont organisées autour de 7 thématiques :

1.| ÉVOLUTION DE L'ACTIVITÉ

2.| ÉVOLUTION DE L’EMPLOI

3.| CHÔMAGE – RSA

4.| MOUVEMENTS D’ENTREPRISES

5.| SECTEURS D’ACTIVITÉ

6.| MESURES DE SOUTIEN

7.| IMPACTS DE PLUS LONG TERME

Principaux résultats

Les dernières données collectées par l’observatoire montrent que l’activité économique parisienne a été affectée, comme partout en France, par le deuxième confinement mais dans des proportions moindres qu’au printemps. Au 4e trimestre 2020, l’emploi salarié a baissé de nouveau : -11 400 emplois après -61 500 au 1er semestre et un rebond de +27 100 au 3e trimestre. Cette baisse est essentiellement le fait du tertiaire marchand hors intérim (-16 400 emplois) qui recouvre les secteurs les plus durablement affectés par la crise. Le secteur de l'hôtellerie-restauration a perdu -7 700 emplois salariés privés au 4e trimestre 2020, et le secteur du commerce -4 600 emplois.

Après avoir augmenté très nettement au 2e trimestre 2020 (+ 23,4 %), le nombre de demandeurs d’emploi parisiens n’ayant auparavant exercé aucune activité (catégorie A) diminue au 3e trimestre (- 8,7 %) puis se stabilise au 4e trimestre (+0,4%) alors qu’il diminue en France métropolitaine. Le nombre de ménages bénéficiaires du RSA à Paris diminue légèrement passant de 70 700 en novembre 2020 à 68 923 en janvier 2021. Le recours au chômage partiel a été deux fois moins important en novembre (312 500 salariés indemnisés) qu’en avril 2020 (653 000 salariés indemnisés) et plus concentré dans le tertiaire marchand, notamment dans les secteurs de l’hébergement et de la restauration (41,7% des heures indemnisées à Paris depuis le début de la crise).

Les créations d’entreprises rebondissent en janvier et février 2021 après un ralentissement en novembre et décembre 2020. Entre le 3e et le 4e trimestre 2020, le nombre de défaillances d’entreprises a progressé aussi bien à Paris (+22%) qu’en Ile de France (+29%) et en France (+17%). Début 2021, les ouvertures de procédures collectives restent moins nombreuses qu’en 2020 et qu’en 2019, alors que les difficultés sont bien réelles.